Sorayda Méndez:

De bénéficiaire à partenaire

Sorayda Méndez Méndez se souvient que la première fois qu’elle a entendu parler d’Agua Para La Vida Nicaragua (APLVN), c’était en 2019, par l’intermédiaire de son oncle Everth Méndez, président du Comité de l’eau et de l’assainissement (CAPS) et de Bartolomé Méndez, le grand-père de Sorayda, qui étaient ceux qui géraient le projet d’eau dans sa communauté, Las Mesas Sur, dans le département de Matagalpa, dont elle est originaire.

Elle a toujours été impliquée dans des activités communautaires et, à l’époque, elle était la coordinatrice du réseau de jeunes, avec 8 autres femmes, qui donnaient des conférences aux enfants. Son intérêt pour la promotion de la FECSA (Familles, écoles et communautés en bonne santé) est né lorsque son oncle Everth lui a dit qu’ils avaient besoin de jeunes pour faire du porte-à-porte et parler de l’hygiène domestique et de la bonne utilisation des latrines.

Grâce à cette expérience, son intérêt pour l’apprentissage et l’acquisition de plus de connaissances s’est accru, même si elle mentionne que ce n’était pas facile, car il s’agit d’un processus d’apprentissage et d’enseignement.

Le Comité de l’eau et de l’assainissement (CAPS) a vu à quel point elle était responsable et dévouée dans chacune de ses interventions, et l’a invitée à les rejoindre. Sorayda mentionne que grâce à l’autonomisation qu’elle a reçue de l’APLVN, elle a appris à lire un compteur, à remplir des factures, à mesurer le chlore dans l’eau, entre autres choses.

 

 

En 2021, Sorayda était en cinquième année de son diplôme de sociologie et l’université où elle étudiait lui demandait de faire un stage pour terminer son diplôme. En raison du processus qu’elle a vécu lors de la mise en œuvre du projet dans sa communauté, elle était intéressée et curieuse de savoir : comment chaque processus est réalisé au sein de l’APLVN, comment une communauté peut être bénéficiaire d’un projet d’eau et quelles sont les conditions requises ?

Sorayda a donc contacté le technicien d’exécution, Oreste Torrez, et lui a demandé si elle pouvait faire son stage à l’APLVN. Oreste lui a dit de faire une demande pour voir s’il y avait une opportunité, et peu après, la réponse était positive.

Sorayda affirme que son expérience a facilité le processus d’achèvement de ses études, car certains des sujets abordés en classe, elle les connaissait déjà grâce aux sorties sur le terrain auxquelles elle a participé ou aux expériences que l’équipe de l’APLVN a partagées avec elle. Il a visité des endroits qu’il n’avait jamais imaginé et aller et en savoir plus sur les situations vécues par chaque famille faisait aussi partie de l’expérience qu’il a acquise.

En janvier 2022, Jaime Alonso, le directeur technique de l’APLVN, l’a appelé car ils avaient besoin de quelqu’un pour coordonner certaines études dans les communautés de Waslala, une municipalité de la région autonome de la côte nord des Caraïbes.

 

Sorayda nous dit que ce fut une bénédiction de pouvoir collaborer avec l’APLVN, car elle a pu s’impliquer et nouer des relations plus étroites avec les habitants de chaque communauté et acquérir chaque jour davantage de connaissances.

“Mais surtout, cela m’a permis de donner plus de moi-même, d’être plus humaniste et plus engagée dans la société”, a déclaré Mme Sorayda.